Droit de L homme



tải về 0.52 Mb.
trang1/5
Chuyển đổi dữ liệu02.09.2016
Kích0.52 Mb.
  1   2   3   4   5
DROIT DE L HOMME

Les autorités vietnamiennes ont eu recours à des sanctions aussi bien officielles qu'officieuses pour réduire au silence les écrivains ,les religieuses ,les Ethnics Minorities et les dissidents . Les écrivains les religieuses ,les Ethnics Minorities et les dissidents ont été harcelés, agressés, inculpés, arrêtés, torturés , emprisonnés sur de fausses accusations, licenciés de leur travail, isolés socialement, détenus et interrogés par la police, humiliés publiquement dans des « Tribunaux populaires » orchestrés par le gouvernement et blessés par des bandes de voyous encouragés officiellement. En plus de ceux qui sont directement pris pour cible, d'autres -en particulier des journalistes travaillant pour les médias gouvernementaux vietnamiens - sont forcés de pratiquer l'autocensure. Pire encore d’autres ont été réduits au silence absolu par des assassinats Leur familles sont régulièrement menacés de mort , ou les attaques et les actes de sabotage par des jeunes voyous étaient venus vandaliser leur maison,pour qu’ils cessent les mouvements démocratiques.



Vous êtes consterné(e) par l’injustice sociale au Vietnam ? Vous voulez être un(e) défenseur des droits humains ? Joignez-vous au peuple vietnamien dans une lutte non-violente pour une société libre et démocratique au Vietnam.

Comme le disait Gandhi : "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde."

Ces célèbres paroles de François Mitterrand : Silence Feeds Oppression" Le silence alimente l'oppression



Les dispositions articles 88 et 79 de la section du Code pénal portant sur la sécurité nationale sont utilisées arbitrairement afin de faire taire et d’incriminer la contestation pacifique, en violation des traités internationaux relatifs aux droits humains que le Viêt-Nam a ratifiés. Les restrictions et la réglementation visant l’utilisation d’Internet désignent comme infraction la liberté d’expression sur des sujets jugés sensibles, notamment les droits humains et la mobilisation en faveur de la démocratie. Les règlements récents relatifs aux blogs, édictés en décembre 2008, limitent les thèmes abordés aux questions personnelles et interdisent la diffusion de tout contenu hostile au gouvernement et « nuisant à la sécurité nationale ».

Le 28/12/2009, Tribunal à Thái Bình



Trần Anh Kim : est condamné à 5 ans et 6 mois de prison ferme plus 3 ans d’assignation à résidence pour subversion Un ancien officier, devenu un militant pro-démocratie, Tran Anh Kim, 60 ans, était accusé d'avoir "travaillé au renversement de l'Etat" en rejoignant le parti démocratique du Vietnam, et publiant des articles favorables à la démocratie sur Internet, et en participant au Bloc 8406, une organisation qui prône le multipartisme. Il risquait jusqu'à la peine de mort, mais le tribunal a pris en compte son passé d'officier et son attitude coopérative.
L'ancien lieutenant-colonel était le premier d'un groupe de cinq accusés à comparaître. Les cinq opposants sont inquiétés au titre de l'article 77 du Code criminel vietnamien, qui prévoit des sanctions allant de 12 ans d'emprisonnement à la détention à vie, voire l'envoi devant un peloton d'exécution.
Le procès de Kim s'est tenu lundi matin dans la province de Thai Binh, au nord du pays. Les autres suspects, dont un avocat spécialiste des droits de l'Homme, Kim avait déclaré à l'ouverture du procès qu'il était poursuivi pour ses opinions. "J'ai rejoint le Parti démocratique du Vietnam et Bloc 8406 pour défendre la liberté démocratique et les droits humains au Vietnam par le dialogue pacifique et des moyens non-violents", a affirmé l'ancien militaire.
Le gouvernement vietnamien condamne et emprisonne couramment les opposants politiques, en utilisant généralement l'article 88, qui prohibe la propagande contre l'Etat. Les peines encourues sont moindres.
Le groupe des cinq était initialement passible de l'article 88, mais le gouvernement aurait voulu appliquer à ces dissidents des peines exemplaires, dans la perspective du prochain congrès du parti en 2011. C'est tous les cinq ans l'occasion de joutes entre factions rivales au sein du parti unique.

Début 2010 Tribunal à Hà Nội.Le 18 Janvier 2010..



PoèteTrần Đức Thạch, né en 1952 : est condamné à 3 ans de prison ferme plus 3 ans d’assignation à résidence pour avoir enfreint l’article 88 du Code Pénal, à savoir critiquer le gouvernement .Le poète dissident était emprisonné depuis septembre 2008 pour avoir proclamé que les îles Paracels (Hoang Sa) et Spratly (Truong Sa) appartiennent au Vietnam. (Ancien combattant- Cựu phân đội trưởng trinh sát Tiểu đoàn 8 - Trung đoàn 266Sư đoàn 341 - Quân đoàn 4-)

Professeur Vũ Hùng, Né en : 1966 43 ans. est condamné 3 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence Prison B14, huyen Thanh Liet, Thanh Tri, Ha Noi, . Enseignant à Ha Tay, Hung Vu est arrêté le 18 avril 2007, pour distribution de documents sur la démocratie puis placé en détention durant neuf jours. Suite cette arrestation, il reçoit plusieurs avertissements et fait l’objet de harcèlements de la part de son employeur, l’éducation nationale. Le 29 avril 2008, il se rends à Hanoi pour participer à une manifestation pacifique contre la Chine et est arrêté avec Nguyen Xuan Nghia, un autre militant pour la démocratie. Il a subi des brutalités policières lors de l’arrestation, causant des blessures au visage et sur le corps. Le 18 septembre 2008, Vu Hung est arrêté après la perquisition de sa maison par la police. Il est accusé de « propagande contre l’État » selon l’article 88 du Code Pénal. Cette arrestation intervient alors que le autorités de Hanoi craignent une manifestation anti-chinoise à l’appel des étudiants vietnamiens pour le 50ème anniversaire de la note diplomatique signée par le Premier ministre Pham Van Dong, reconnaissant les îles Spratly et Paracel comme propriété de la Chine

Ingénieur Phạm Văn Trội Né en : 1969 -40 ans, . est condamné 4 ans de prison, + 4 ans d’assignation à résidence Prison B14, huyen Thanh Liet, Thanh Tri, Ha Noi Depuis 2006, Pham Van Troi a été convoqué à maintes reprises par la police et harcelé pour son militantisme en faveur des droits de l’homme, en association avec les avocats Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan. Le 28 Juin 2008, Pham Van Troi a été soumis à une séance de dénonciation publique organisée par un groupe d’environ 300 membres du Parti communiste et battu, en présence des officiers de police. Il avait rendu visite chez le dissident Vi Duc Hoi avec Ngo Quynh, un autre militant, quand la police a débarqué sur les lieux pour procéder à un « contrôle d’identité ». Les trois hommes ont été amenés au poste de police. Sur le chemin, ils ont été humiliés, menacés et frappés par la foule de personnes. Le 10 septembre 2008, la police a perquisitionné le domicile de Pham Van Troi et l’a arrêté. Il a été en détention depuis cette date. Il est membre de la Commité Vietnamien pour les Droits de L’Homme

Le 20/01/2010, Tribunal à Saigon :



Ingénieur sư Trần Huỳnh Duy Thức, Né en : 1966,chef d’entreprise, blogueur, est condamné 16 ans de prison, + 5 ans d’assignation à résidence Prison B35, rue Nguyen Van Cu, Saigon Ingénieur en télécom, Tran Huynh Duy Thuc a créé aux débuts des années 2000 une société de téléphonie mobile OCi (One Connection Internet) qui s’est rapidement développé pour prendre une envergure régionale en Asie du Sud-Est. Thuc écrit sur son blog sous le pseudo Tran Dong Chan, puis Change We Need (conjointement avec un autre blogueur) des analyses économiques et politiques. Parallèlement, il crée en 2005 le « cercle de réflexion Chan » où avec des amis, ils réfléchissent sur l’avenir du Vietnam. Arrêté le 17 mai 2009 pour « vol de lignes téléphoniques », les autorités communistes requalifient les charges qui pèsent contre lui en « subversion », c’est-à-dire, œuvrer pour le renversement de l’état. Tran Huynh Duy Thuc est membre du Parti Démocratique Vietnamien.

Avocat Lê Công Định, Né en : 1968: est condamné 5 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence Prison B35, rue Nguyen Van Cu, Saigon IL commence à écrire divers articles qui sont publiés dans des revues vietnamiennes comme Tia Sang (Rayons du Matin). Sur la démocratie, il déclare que « le pluralisme politique ne doit pas être redouté, au contraire, c’est nécessaire ». À propos de la lutte contre la corruption, il écrit : « pour éradiquer le fléau à la racine, il faut une justice indépendante et professionnelle, ainsi que le respect des libertés de presse et d’expression ». En 2007, il assure la défense de deux confrères militants pour la démocratie, les avocats Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan. En 2008, il défend Nguyen Van Hai, alias le blogueur Dieu Cay., ;

l’ingénierie informatique Nguyễn Tiến Trung, Né en : 1983, est condamné à 7 ans de prison ferme plus 3 ans d’assignation à résidence Prison B35, rue Nguyen Van Cu, Saigon Nguyen Tien Trung est un jeune militant pro-démocratie vietnamien. De 2002 à 2007, il étudie l’ingénierie informatique à l’Institut national des sciences appliquées de Rennes, France. C’est durant cette période que Trung a commencé ses activités politiques, militant pour plus de démocratie au Viêt Nam. Nguyen Tien Trung a officiellement fondé le 8 mai 2006, l’Assemblée de la jeunesse vietnamienne pour la démocratie. Cette association appelle les étudiants vietnamiens à publier des articles mettant en exergue le besoin de réformes politiques au Viêt Nam et a quatre buts primordiaux : sensibiliser aux principes de la démocratie, créer un forum pour l’échange d’idées politiques et mener des actions politiques malgré la présence d’un parti unique au Viêt Nam. En 2007, Trung adhère au Parti démocratique vietnamien. Peu de temps après son retour au Viêt Nam en 2007, Trung fut appelé sour les drapeaux en mars 2008. Pour avoir refusé de prêter serment à l’armée [et au parti communiste], Trung a été démobilisé le 6 juillet 2009. Dès le lendemain, il a été arrêté et inculpé pour violation de l’article 79 du code pénal vietnamien pour avoir tenté de renversé le gouvernement vietnamien.Son arrestation fait suite à ’emprisonnement de deux autres dissidents, maître Le Cong Dinh et Tran Anh Kim, un officier de l’armée à la retraite. Reporters sans frontières et Amnesty International se sont exprimés contre cette arrestation et demandé sa libération immédiate, en vain. En 2009 en France, un comité de soutien en faveur de la libération de Nguyễn Tiến Trung s’est formé et a organisé plusieurs manifestations en France. Sur Facebook, le groupe « Pour la libération du cyberdissident Nguyễn Tiến Trung » dénombre plusieurs centaines de supporteurs.

Ingénieur Lê Thăng Long tại Sài Gòn. Né en : 1983 est condamné à 5 ans de prison ferme plus 3 ans d’assignation à résidence Prison B35, rue Nguyen Van Cu, Saigon Le Thang Long est un ingénieur télécom et diplômé de l’école polytechnique vietnamienne. Au début des années 2000, il a créé la société de téléphonie mobile EIS Service Co. La société se développe rapidement et elle est cotée à la bourse de Saigon. En 2005, Le Thang Long a participé au Cercle de Réflexion Chan de Tran Huynh Duy Thuc avant de créer en 2008 le Mouvement Vietnamien Démocratique et Progressiste dont l’objectif est de militer pour la démocratie au Vietnam. En 2007, Le Thang Long dépose une candidature aux élections législatives, en tant que candidat indépendant. Il espère qu’étant député, il pourra faire changer plus facilement la situation politique du Vietnam. Mais sa candidature a été refusée par le Front de la Patrie, une émanation du Parti Communiste Vietnamien. Le Thang Long a été arrêté le 4 juin 2009 et poursuivi pour « subversion ».

Tribunal de Haiphong le 21-01 2010 a condamné 6 Militants pour la démocratie



Evrivain Nguyễn Xuân Nghĩa, Né en : 1950- 60 ans, a été condamné à 6 ans de prison, suivis de 6 ans d’assignation à résidence pour "propagande contre l’état Prison B14, huyen Thanh Liet, Thanh Tri, Ha Noi L’ Nguyen Xuan Nghia est l’un des leaders du Bloc 8406. Il a été arrêté dans la nuit du 11 Septembre 2008 pour l’organisation de manifestations pacifiques contre la Chine. Déjà le le 29 avril 2008, il a été brièvement arrêté à Hanoi lors de la préparation d’une manifestation pacifique contre le relais de la flamme olympique. Nguyen Xuan Nghia fut soumis aux violences policières. Ses blessures ont causé des difficultés à respirer et à déglutiner. Renvoyé ensuite par la police de Hanoi chez lui à Hai Phong, Nguyen Xuan Nghia a été placé en détention par la police de Hai Phong. Malgré son faible état physique, on refuse à Nguyen Xuan Nghia tout traitement médical. En 2008, Human Rights Watch lui a décerné le prestigieux prix Hellman / Hammett.

Etudiant Ngô Quỳnh, Né en : 1984 -25 ans, est condamné 3 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence Prison B14, Hanoi Étudiant, Ngo Quynh a participé aux manifestations des étudiants vietnamiens pour la défense de la souveraineté territoriale. Au cours du relais de la flamme olympique au Vietnam le 29 avril 2008, il a été arrêté et roué de coups alors qu’il tentait de se joindre à une manifestation pacifique à Hanoï. La police les interpelle. Ils sont battus et soumis au harcèlement psychologique des quelques 300 membres du parti communiste à travers une séance de "dénonciation publique" puis emmenés au poste de police pour interrogatoire. Le 10 septembre 2008, alors qu’il manifestait pour protester contre l’attitude de soumission du gouvernement vietnamien envers la Chine,

Poète. Nguyễn Văn Túc, Né en : 1964- 45 ans, est condamné 4 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence Prison B14, Hanoi Nguyen Van Tuc est connu pour ses nombreux écrits contre l’injustice sociale, comme cette lettre en août 2006 dénonçant la corruption des fonctionnaires communistes de sa province, Thai Binh, ou encore l’article Dang Xua va Nay (Le Parti, autrefois et maintenant) où il dénonce les dérives actuelles du Parti Communiste Vietnamien. Il a également composé des poèmes satiriques qui ont été publiés sur des sites web à l’étranger. Arrêté depuis le 10 septembre 2008 pour avoir participé à l’accrochage des banderoles à Hai Phong appelant à la défense de l’intégrité nationale et au multipartisme pour le Vietnam

Ecrivain. Nguyễn Văn Tính, Né en : 1942- 67 ans, est condamné 3,5 ans de prison, + 3 ans d’assignation à résidence. Prison B14, Hanoi Ancien enseignant et cadre de l’Institut de Géologie d’Hanoi, Nguyen Van Tinh a passé 7 ans en prison dans les années 60 et 70 pour avoir créé à Hai Phong un parti politique s’opposant au régime communiste, le parti Révolutionnaire du Peuple. À sa libération en 1974, il n’a pu reprendre son ancien emploi et vivait au jour le jour de petits boulots manuels. En 2006, il renoue contact avec le dissident Nguyen Thanh Giang avec qui il a travaillé à l’Institut de Géologie. Il se joint au comité de rédaction du journal clandestin To Quoc (Patrie - http://baotoquoc.com).

Le 24 septembre 2008, la police débarque au domicile de Nguyen Van Tinh à Hai Phong. Après une brève perquisition, la police le place en détention provisoire. Libéré 4 mois plus tard, Nguyen Van Tinh est de nouveau arrêté le 7 mai 2009 pour « propagande contre l’état » selon l’article 88 du Code Pénal.



Nguyễn Mạnh Sơn, , Né en : 1943- 66 ans, est condamné 3,5 ans de prison, + 3 ans d’assignation à résidence Prison B14, Hanoi Ancien membre du Parti Communiste Vietnamien et ancien vice-directeur d’une entreprise de construction publique, c’est en 1988 que Nguyen Manh Son prit sa retraite. C’est depuis cette date qu’il a commencé à entrer en dissidence. De 1995 à 2008, Nguyen Manh Son a écrit 22 textes et poèmes s’opposant contre le régime communiste, demandant le pluralisme politique, la suppression de l’article 4 de la Constitution, qui donne le monopole du pouvoir au PCV. En 2000, il a été exclu du PCV à cause de ses écrits. En septembre 2008, avec Nguyen Xuan Nghia, il participe à la réalisation et l’accrochage d’une banderole à Hai Phong appelant à la défense de l’intégrité territoriale et le multipartisme pour le Vietnam

Nguyển Kim Nhàn : Né en : 1949 -60 ans est condamné 2 ans de prison + 2 ans d’assignation à résidence. Prison B14, Hanoi Nguyen Kim Nhan est un meneur des paysans en colère (Dân Oan) de Bac Giang (nord-est du Vietnam). En 2006 et 2007, il a mené plusieurs délégation de Dân Oan de sa province à Hanoi pour demander justice, en vain. Début septembre 2008, il a participé à l’accrochage de banderoles au-dessus des ponts routiers demandant la démocratie au Vietnam. Il est arrêté le 10 septembre 2008 pour ce motif et placé en détention durant 4 mois. Nguyen Kim Nhan est liberé le 4 février 2009 pour raison de santé. Mais il est constamment harcelé par la police qui n’apprécie pas qu’il ait renoué immédiatement le contact avec les autres dissidents comme Tran Khai Thanh Thuy. Le 8 mai 2009, la police arrête de nouveau Nguyen kim Nhan

chỉ vì các vị này đã cùng nhau treo biểu ngữ tuyên nhận Hoàng sa - Trường sa là của Việt Nam.



tại Hải Phòng. Phiên tòa ngày 29 tháng 1 sẽ xét xử

Phạm Thanh Nghiên Née en : 1977 Prison Tran Phu, tinh Hai Phong, 29 012010 à Hải Phòng, Au printemps 2008, Pham Thanh Nghien a été arrêtée à Hanoi avec plusieurs autres militants pour avoir protesté pacifiquement contre le passage de la flamme olympique. Elle a été détenue pendant plusieurs jours sans inculpation. Le 17 juin 2008, elle a formulé une demande officielle pour organiser une manifestation, qui a été rejetée par les autorités vietnamiennes. En réponse à sa démarche, la police harcèle Pham Thanh Nghien et de sa famille. Déçue par cette action, Pham Thanh Nghien a décidé de faire un sit-in de protestation dans sa propre maison. Cette action a conduit à son interpellation le 11 septembre 2008. Libérée après quelques heures d’interrogatoire, elle est restée sous étroite surveillance policière. Le 18 septembre, elle est de nouveau arrêtée et condamner 29 012010 à Hải Phòng,


Ecrivain Trần Khải Thanh Thủy Née en : 1960 ,le 5 -02-2010 à Hà Nội. Ecrivain prolifique et journaliste, Tran Khai Thanh Thuy est une des lauréats du prix Hellman/Hammett de Human Rights Watch et membre honoraire de PEN Angleterre. Membre du Bloc 8406, elle est également rédactrice en chef du magazine clandestin To Quoc (Patrie). Depuis septembre 2006, elle a été harcelée et interrogée à maintes reprises pour ses écrits critiques à l’égard du gouvernement et publiés sur Internet. En octobre 2006, dans un simulacre de « procès populaire », organisé par les autorités vietnamiennes, elle a été dénoncé publiquement et humiliée par des centaines de personnes, rassemblées par la police. Le 21 avril 2007, elle a été arrêtée à son domicile et, plus tard, condamnée à neuf mois et dix jours de prison (durée de sa détention provisoire) pour « trouble à l’ordre public ». Elle souffre de diabète et de tuberculose, mais on lui a refusé des soins médicaux en prison. Depuis le 9 octobre 2009, Thuy est en détention provisoire Elle est accusée de "coups et blessures volontaires" contre une tierce personne alors qu’en fait, c’est elle la victime. Sa nouvelle arrestation a suscité les protestations de Human Rights Watch, PEN England, Global Voices Advocacy, ainsi que l’ambassade des Etats-Unis au Vietnam.

Vénérable Thich Quang Do


- né Dang Phuc Tuê, le 27 novembre 1928 ;patriarche de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Viet Nam Pagode de la Méditation Thanh Minh, arrondissement Phu Nhuan, Sai Gon, Viet Nam Le 4 janvier 1995, il est mis en prison sans motif officiel. Il est détenu à Vu Ban, province de Nam Dinh. Le 15 août 1995, il est condamné à 5 ans de prison par un tribunal à Sai gon pour « activité contre la politique religieuse gouvernementale et atteinte contre les intérêts de l’Etat ». La raison de cette condamnation est que Thich Quang Do a organisé un convoi de ravitaillement et d’aides aux victimes des graves inondations qui se sont produits dans le delta du Mekong. Lors de la distribution des nourritures, les victimes recevaient aussi un message de compassion du vénérable Thich Huyen Quang, chef de l’EBUV et assigné à résidence dans le centre du pays

Père Phan Van Loi


Né en : 1951 /o Nha Chung Giao Phan Hue, 37 Phan Dinh Phung, Hue, Viet Nam Assignation à résidence, interrogatoires, emprisonnements passés

le Père Loi est condamné à quatre ans de prison. Quatre autres personnes sont également condamnées à de la prison, pour des durées s’échelonnant entre deux et trois ans et demi. En novembre 2004, le Père Loi s’associe à ses collègues prêtres Chân Tin et Nguyen Huu Giai pour réclamer un procès public et équitable pour le pasteur Nguyen Hong Quang qui est en prison du fait de activités religieuses. La lettre conclut ainsi : « En tant que citoyen d’un pays qui a si fièrement clamé sa réussite en matière de liberté, d’indépendance et de bonheur, [nous] aimerions contribuer à cette réussite. [Nous] espérons vivement que le gouvernement, notamment le tribunal de Sai Gon, respectera ses propres lois. »



 Le Père Phan Van Loi est actuellement, de fait, assigné à résidence. À côté de sa résidence se trouve un petit café, construit et occupé par les services de la sûreté, pour surveiller toutes les allées et venues dans la résidence.

 En Avril 2006, avec le père Chân Tin, le père Phan Van Loi lance un bi-mensuel intitulé Tu Do Ngon Luan (Liberté d’Expression), sans demander l’autorisation des autorités communistes

Père Nguyen Van Ly


Né le 31 août 1947 dans la province de Quang Tri au centre du Viêt Nam.. 8 ans de prison depuis le 30 mars 2007, s’ajoutant aux emprisonnements passés depuis 1977

• Né le 31 août 1947 dans la province de Quang Tri au centre du Viêt Nam. • En septembre 1977, le père Ly est arrêté pour avoir distribué deux essais de l’archevêque Nguyen Kim Dien critiquant le répression religieuse menée par le gouvernement. Il est condamné à une peine de 20 ans et enfermé dans un camp de travail près de Hué. Après quelques mois, on le libère mais on lui interdit toute activité religieuse.

En janvier 1983 il est condamné. Il envoie une lettre qui expose la répression religieuse menée par le gouvernement et plaide son maintien dans sa paroisse ; les fidèles se réunissent autour de son domicile en signe de soutien. Le matin du 18 mai 1983, les forces de sécurité l’expulsent de son domicile. Il est ensuite condamné à 10 ans de prison et à 4 ans de mise à l’épreuve. Libéré en juillet 1992, le père Ly est placé sous surveillance policière et à nouveau interdit d’activités religieuses.

• Le 24 novembre 1994, il publie une « Déclaration en 10 points sur l’état de l’église catholique dans le diocèse de Hué » qui décrit en détails les violations des libertés religieuses par le gouvernement. Les autorités l’exilent dans le village de Thuy Bieu (près de Hué) qui ne comprend qu’une petite communauté catholique. En novembre 2000, le père Ly publie à nouveau sa déclaration en 10 points, suivie d’un appel intitulé « Nous avons besoin d’une véritable liberté religieuse au Viêt Nam ». Dans ces documents, il qualifie la politique continue du gouvernement communiste à l’égard des religions, en particulier à l’égard de l’église catholique, de « corde autour du cou des religions ».

• Le 4 décembre 2000, pour protester contre la prise de contrôle de l’église par le gouvernement et contre la restriction de ses activités, le père Ly et les paroissiens de Nguyet Bieu plantent sur le terrain attenant à l’église une grande affiche portant ce message « Nous avons besoin de la liberté religieuse », et ils commencent à semer des graines. Des cadres de la Sécurité Publique arrivent aussitôt et les menacent.

• Début 2001, les autorités accentuent le harcèlement et l’isolement du père Nguyen Van Ly. Sa ligne téléphonique est coupée par intermittence. Néanmoins le père Ly persiste à parler haut et fort. En février, il fournit un témoignage écrit destiné à une audience donnée par la Commission des USA sur les libertés religieuses dans le monde (US Commission on International Religious Freedom). Le 16 mai, il fournit aussi des remarques écrites destinées à un réunion d’information du groupe parlementaire sur les droits de l’homme au Congrès des USA (US Congressionnal Human Rights Caucus).

• Le 17 mai 2001, plus de 600 agents des forces de sécurité de la police envahissent la paroisse de An Truyen pour arrêter le père Nguyen Van Ly. Lors d’un procès de 2 heures, le 19 octobre 2001, le père Ly est condamné à 15 ans de prison (ultérieurement réduits à 10, puis 5 ans) et à 5 ans de résidence surveillée.

• Février 2004, le père Ly est libéré de prison mais reste sous le coup de 5 ans d’assignation à résidence à l’Archevêché de Huê.

• Le 8 avril 2006, le père Nguyen Van Ly est l’un des rédacteurs du Manifeste 2006 pour la Démocratie et les Droits de l’Homme au Viêt Nam. Par la suite, les signataires de ce Manifeste se donneront le nom de "Bloc 8406", en référence à la date du document.

• Le 19 février 2007, la police extrait de force le père Nguyen Van Ly de l’archeveché de Huê pour l’assigner à résidence à Ben Cui, une paroisse distante de 20 km de l’ancienne cité impériale.

• Le 30 mars 2007, le père Nguyen Van Ly est de nouveau condamné par les autorités communistes vietnamiennes : 8 ans de prison.

AFP/HOANG DINH NAM


Vendredi 30 mars, à Huê, un membre des services de sécurité tente de faire taire le Père Nguyen Van Ly, tandis que celui-ci proteste, lors de son procès et devant les caméras de télévision, contre une "loi de la jungle" d’inspiration "communiste".

Pasteur Nguyen Hong Quang


Né en : 1960 Activité : Militant pour la démocratie, pasteur Location : Sai Gon, Viet Nam Peine : Surveillance policière, emprisonnement dans le passé En novembre 2004, le pasteur Nguyen Hong Quang et cinq autres collègues de son église ont été condamné à trois ans de prison pour avoir « entrave aux devoirs des fonctionnaires ». Avocat et vice-président de l’Église Mennonite au Vietnam, le pasteur Quang est un défenseur des montagnards vietnamiens et d’autres groupes persécutés pour leurs croyances religieuses. Alors qu’il était en prison, la police a démoli son domicile au bulldozer. Depuis sa libération le 30 août 2005, il est victime de harcèlement et de dénonciation publique. Il a écrit de nombreux essais sur les violations des droits humains au Vietnam, en particulier sur la répression de la liberté religieuse et la liberté d’expression. Il a également fourni une assistance juridique à d’autres prisonniers de conscience au Vietnam

Pasreur Nguyen Thi Hong



-Née en : 1960 Détention provisoire en attendant le procès -Prison Chi Hoa, quan 10, Sai Gon, Viet Nam - Pasteur de l’Eglise Mennonite, Nguyen Thi Hong a été arrêtée le 2 novembre 2007 par les autorités vietnamiennes. Un mois plus tard, les médias d’État organisèrent une campagne de dénigrement à son encontre, l’accusant de “collaboration avec Viet Tan pour distribuer des dépliants pro-démocratie”, de “mener des activités contre l’État”, et de “criminalité économique” lorsqu’elle était chef d’entreprise. Ses cinq enfants et ses parents n’eurent pas l’autorisation de lui rendre visite en prison. Encompagnie du pasteur Nguyen Hong Quang, elle milite pour la liberté religieuse.

Le pasteur Nguyen Cong Chinh

Depuis 1999, le pasteur Nguyen Cong Chinh s'est vu confisqué de son permis de résidence ainsi que ses papiers d'identité par la police pour la simple raison qu'il est allé prêcher la religion sur les Hauts Plateaux. Depuis que les autorités communistes de la province de Kontum a déma ntelé la chapelle de l'Eglise Mennonite pour la seuxième fois le 16 janvier 2004 (400 autres chapelles sur les Hauts Plateaux ont été détruites à la même occasion), le pasteur et sa famille ont dû par 23 fois déménager. A chaque nouvelle location, la police les a chassés par des menaces. Il avait subi pas moins de 300 interrogatoires. Il ẻtait tabassé à 20 reprises. On lui a confisqué tous ses biens. Et il était 56 fois expulsé sa localité.



Le 24/09/2004, les autorités de la province de Kontum ont mobilisé les forces de l'ordre et de l'armée pour raser la chapelle Mennonite de Kontum et emporter tous les biens de l'Eglise.

Rien qu'en deux mois, du début de mai au début de juillet, le pasteur Nguyen Cong Chinh était convoqué au poste de police 60 fois. Chaque jours deux policiers sont venus l'amener de force. Les séances d'interrogatoire duraient toute la journée. Le soir il rentrait flanqué de ses deux policiers. Sa maison est constament gardée par 4 ou 6 policiers. Au cours des interrogatoires, on lui posait des questions sur :


  • Les communiqués de presse de la Fédération des Protestants des Ethnies du Vietnam (VPEF), accusant les autorités communistes vietnamiennes d'avoir violé les Droits de l'Homme et la liberté religieuse chez les adeptes protestants.

  • Les informations concernant les ethnies des Hauts Plateaux sont diffusées à l'étranger,

  • Le nombre des 350 prisonniers de conscience montagnards

  • Les 6 pasteurs montagnards arrêtés le 5 novembre 2007,

Penđant les séances d'interrogatoire, il devait répondre aux 10 policiers qui le harcelaient de questions. Ces policiers étaient de l'échelon de la province, de la ville ou du Ministère de la Police. Malgré leur appartenance à des échelons élevés, ils avaient en commun une même méthode qui consistait en des menaces et des insultes portant atteinte à la dignité du pasteur. Devant une telle situation, le pasteur ne peut que garder le silence et prier.

La police de Gia Lai en train de perquisitionner la maison dupasteur Nguyen Cong Chinh à 19heures du 16/08/2006, et a confisqué 259 Bibles.

Le pasteur Nguyen Cong Chinh après une séance d'interrogatoire par la police le 12/07/2008

Les policiers qui ont interrogé le pasteur étaient :

1. Le lieutenant-colonel Do Van Tien, chef-adjoint du bureau P38 de la province de Gia Lai, signataire de plusieurs ordres d'arrestation des pasteurs et fidèles protestants de Gia Lai (téléphone portable : 0938-264-079, téléphone de son bureau : 059-869-139).

2. Le lieutenant-colonel Nguyen Truong Chinh, chef-adjoint du bureau d'investigation de la police de Gia Lai.

3. Le lieutenant-colonel Tran Sau, chef de la sécurité de la ville de Pleiku.

4.Le commandant Tran Son Dai Huynh, chef de la section PA38, du groupe du colonel Ralanlâm

5. Le capitaine Le Cong Thanh, sous-chef de la section PA38, du groupe du colonel Ralanlâm qui est actuellement les sous-directeur de la police de la province de Gia Lai, chargé de sécurité. Le 05/09/2006, Ralanlâm a battu cruellement le pasteur Nguyen Cong Chinh. Il a donné des ordres à ses subordonnés de maltraiter le pasteur sous toutes les formes : harcèlement, isolement, menaces...

6. Le capitaine Nguyen Thi Lien, policière de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

7. Le capitaine Phan Thanh Son, enquêteur de Gia lai, du groupe de Ralanlâm.

Le lieutenant Qui (dit Qui Den) policier de sécurité de la ville de Pleiku, du groupe de Ralanlâm.

9. Le lieutenant Thanh (dit Thanh Map), policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

10. Le lieutenant Nguyen Trong Hoa, policier du quartier de Hoa Lu

11. Le sous-lieutenant Cuong (dit Cuong Map), policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

12. Le sous-lieutenant A-Mon, policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

En outre, il y avait tous les jours 3 agents de la Sécurité venus du Ministère de la Police pour superviser les interrogatoires.

Enregistrement clandestin d'une séance d'interrogatoire où le pasteur Nguyen Cong Chinh était insulté et torturé.

La séance d'interrogatoire du pasteur Nguyen Cong Chinh pendant laquelle il subissait des insultes et des violences physiques perpétrés par les lieutenant-colonels Rahlanlam et Thu au poste de police de Hoa Lu, Pleiku, de 17h00 du 05/09/2006 a été enregistrée "live" par la Radio Free Asia (RFA) http://vn1info.com/mylinhng.htm et diffusée le 06/09/2006 et diffusée le 06/09/2006. Au cours de cette séance d'interrogatoire, les deux policiers ont voulu faire pression sur le pasteur afin qu'il renonce à sa mission d'évangélisation sur les hauts-plateaux. Ils ont proclamé aussi l'ordre d'expulsion du pasteur de la maison de ses parents, la confiscation sa motocyclette ainsi que 5 autres vélomoteurs appartenants à des fidèles protestants qui sont venus lui rendre visite. Alors qu'ils le rouaient de coups, les deux policiers criaient des menaces : "Oui, c'est nous qui te battons. Vas porter plainte où tu veux. Nous continuerons à te battre jusqu'à ce que tu n'oseras plus rester ici pour prêcher ta religion".




Nguyen Phong


Né en : 1974 - 6 ans d’emprisonnement- Prison Thanh Hoa

Nguyen Phong est le cofondateur et premier président du Parti pour la Progression du Vietnam. Jugé et condamné durant un simulacre de procès en compagnie du père Nguyen Van Ly et de quatre autres dissidents, Nguyen Phong fut condamné en mars 2007 pour la diffusion de « propagande contre l’État. » Il a rédigé deux articles pour la communauté internationale dans lesquels il appelle à plus de libertés au Vietnam et dénonce « les mesures anticonstitutionnelles et contraires à l’esprit de la Déclaration internationale des droits de l’homme prises par le Parti communiste vietnamien. »


Nguyen Binh Thanh


Né en : 1955- 5 ans d’emprisonnement- Prison Nam Ha Membre du Bloc 8406 et du Parti Progressiste du Vietnam, Nguyen Binh Thanh a été jugé en même temps que le père Nguyen Van Ly, Nguyen Phong, Le Thi Le Hang et Hoang Thi Anh Dao le 30 mars 2007 pour leurs activités politiques pacifiques. Pour avoir contribué à la diffusion du journal non autorisé Tu Do Ngon Luan (Liberté d’Expression), Nguyen Binh Thanh fut accusé de diffusion de "propagande contre l’État".

Le Thi Le Hang et Hoang Thi Anh Dao

Née en : 1964- Huế Le 30 mars 2007, au cours d’un procès à grand spectacle, l’enseignante Le Thi Le Hang et Hoang Thi Anh Dao ont été jugée en compagnie du père Nguyen Van Ly et de trois autres militants pour la démocratie. Membre du Parti Progressiste du Vietnam, elle a collaboré au journal non autorisé Tu Do Ngon Luan (Liberté d’Expression). Elle fut accusée de diffusion de documents anti-gouvernementaux et d’avoir communiqué avec des groupes pro-démocratie à l’étranger. Aucun avocat n’était présent et les membres de sa famille n’ont pas été autorisés à assister à son procès.

  • Mlle Hoàng Thị Anh Đào, secrétaire du parti Thang Tien Vietnam, arrêtée le 19/02/2007 et condamné à 2 ans de prison avec sursie, suivis de 3 ans de réclusion

  • Mlle Lê Thị Hằng, secrétaire du parti Thang Tien Vietnam, arrêtée le 19/02/2007 et condamné à 18 mois de prison avec sursie, suivis de 2 ans de réclusion

Avocate Le Thi Cong Nhan


Né en : 1979 3 ans d’emprisonnement, suivis de 3 ans d’assignation à résidence -Prison Hoa Lo Moi, Hanoi -Ayant organisé des séminaires pour les étudiants sur les droits de l’homme dans le monde, Le Thi Cong Nhan est une farouche défenseuse de la démocratie multi-partis. Membre fondatrice et porte-parole du Parti Progressiste du Vietnam, Le Thi Cong Nhan a été arrêtée en mars 2007, date à laquelle quinze policiers ont pris d’assaut sa maison. Avocate formée dans la défense des droits de l’homme, elle a refusé la possibilité de se faire représenter durant son procès. Protestant contre les mauvaises conditions en prison, Le Thi Cong Nhan a pratiqué la grève de la faim pendant plusieurs jours en mars 2007. L’emprisonnement de Le Thi Cong Nhan a suscité la réprobation de la communauté internationale à l’encontre du régime vietnamien

Avocat Nguyen Van Dai


Né en : 1969 5 ans de prison depuis le 10 mai 2007, pour "propagande contre l’état communiste." Prison K1, Xa Ba Sao, Huyen Kim Bang, Thi Xa Phu Ly, Tinh Ha Nam, Viet Nam  Nguyen Van Dai est avocat et pasteur protestant.

 En 2006, il crée le Comité des Droits de l’Homme au Viêt Nam. C’est le défenseur juridique des membres de l’église protestante Memmonite persécutée par le régime, notamment du pasteur Nguyen Hong Quang. Nguyen Van Dai rédige de nombreux articles sur la démocratie et la liberté de la presse. Il est arrêté en août 2006 pour avoir voulu, avec d’autres dissidents, éditer un journal clandestin. Avant le sommet de l’APEC, il est détenu du 9 au 14 novembre. Durant le sommet, il est bloqué à son domicile par la Sûreté Publique. Son téléphone et sa connexion Internet sont coupés. En Janvier 2007, Human Rights Watch décerne le prix Hellmann/Hammett à Nguyen Van Dai pour son combat politique. Le 6 mars 2007, Nguyen Van Dai est arrêté et mis en prison préventive.Le 10 mai 2007, Nguyen Van Dai est condamné à 5 ans de prison


Doan Huy Chuong


Né en : 1985 Emprisonnement passé –Membre fondateur de l’Union des Ouvriers et Fermiers (UWFO), Doan Huy Chuong est arrêté en novembre 2006 alors qu’il fait de la promotion pour son syndicat dans le but de défendre les droits des ouvriers et fermiers. Il est jugé un an après à 18 mois de prison. Durant son emprisonnement, il est placé 48 jours en isolement total et soumis à des tortures physiques et psychologiques. Doan Huy Chuong souffre d’innombrables migraines et de problèmes respiratoires. Ses problèmes de santé continuent après sa libération le 13 mai 2008.


Do Nam Hai


(Militant pour la démocratie) - Do Nam Hai est membre fondateur du Bloc 8406 et représentant de l’Alliance pour la Liberté et les Droits de l’Homme au Viêt Nam, mouvement qui rassemble de nombreuses personnes au Viêt Nam mais également des partis politiques vietnamiens à (...) (16/12/2008)

Huynh Nguyen Dao

(Militant pour la démocratie) - Ancien journaliste, Huynh Nguyen Dao est arrêté le 15 août 2006 avec 3 autres leaders du Parti Démocratique : M. Do Thanh Cong, un citoyen américain, MM. Nguyen Bac Truyen et Le Nguyen Sang. Son arrestation n’est rendue publique que 36 jours après. Pour avoir écrit des pamphlets et diffusé des (...) (21/12/2008)

Le Nguyen Sang

(Militant pour la démocratie) - Médecin, Le Nguyen Sang est arrêté le 15 août 2006 avec 3 autres dirigeants du Parti démocratique du peuple : le citoyen américain Do Thanh Cong, Nguyen Bac Truyen et Huynh Nguyen Dao. Il est accusé d’avoir commis des actes de « terrorisme » pour avoir publié des articles « hostiles au régime » sur (...) (27/12/2008)

Le Quoc Quan


(Militant pour la démocratie) - Arrêté le 8 mars 2007, quatre jours après son retour au Vietnam après six mois d’études à Washington DC, au National Endowment for Democracy (NED), Le Quoc Quan est détenu au camp B14 à Hanoi durant trois mois, accusé de mener des "activités visant à renverser le gouvernement", mais sans jamais être jugé. (...) (27/12/2008)

Le Thi Kim Thu


(Militante pour la démocratie) - Membre du Bloc 8406, Le Thi Kim Thu n’a de cesse de dénoncer les injustes expropriations des paysans, notamment la confiscation, pour un usage commercial, de terres cultivées. Après avoir assisté à la confiscation des terres de sa famille par des fonctionnaires communistes, Kim Thu commence à (...) (28/12/2008)


Lu Thi Thu Duyen

(Militante des droits fonciers) - Avec ses soeurs Lu Thi Thu Van et Lu Thi Thu Trang, elle est constamment suivie et harcelée par la police vietnamienne pour avoir dénoncé les atteintes aux droits de l’homme au Vietnam. En juillet 2007, elle a tenu un "Journal pour la Justice", chronique des 27 jours de protestations menées à (...) (28/12/2008)

Luong Van Sinh


(Militant des droits fonciers) - Luong Van Sinh est l’un des agriculteurs qui ont participé aux différentes protestations contre la corruption des fonctionnaires, dont la manifestation de 27 jours de protestations à Saigon à l’été 2007. Il a également contribué à faire connaître ces manifestations en répondant à des interviews (...) (28/12/2008)

Nguyen Bac Truyen


(Militant pour la démocratie) - Membre fondateur du Parti démocratique du peuple, Nguyen Bac Truyen est arrêté en novembre 2006 à Saigon. Le 10 mai 2007, il est jugé en même temps que deux autres membres de son parti : Le Nguyen Sang et Huynh Nguyen Dao. Il est accusé de "propagande contre l’état" et condamné à 4 ans (...) (30/12/2008)

Nguyen Khac Toan


(Militant pour la démocratie) - Le 20 décembre 2002, à 8 heures du matin, les autorités Viet Namiennes traduisent Nguyen Khac Toan devant le tribunal populaire de Ha Noï sous le chef d’accusation d’espionnage. Défendu par maître Tran Lam, Nguyen Khac Toan n’a pu voir son avocat qu’à deux reprises : quatre jours avant le procès, puis (...) (16/12/2008)

Nguyen Ngoc Quang


(Militant pour la démocratie) - Membre du Bloc 8406 et cofondateur du groupe pro-démocratie appelé Bach Dang Giang (Rivière Bach Dang). En juin 2006, après avoir pris part à une réunion avec d’autres membres du Bloc 8406 Nguyen Ngoc Quang est arrêté en compagnie de Pham Ba Hai, un autre militant et soumis à de nombreux interrogatoires (...) (6/01/2009)


Nguyen Phuong Anh

(Militant pour la démocratie) - Nguyen Phuong Anh a réussi dans les affaires, ce qui ne l’a pas empêché de prendre conscience des injustices sociales sous le régime du parti communiste vietnamien et de vouloir les dénoncer. Il se joignit au Bloc 8406 et devint une voix pour le mouvement démocratique. Le 30 octobre 2007, lorsqu’il se (...) (6/01/2009)

Nguyen Tien Nam


(Militant pour la démocratie) - Nguyen Tien Nam a commencé à se faire connaître alors qu’il était un étudiant passionné par la protection de la souveraineté du Vietnam, notamment des îles Paracel et Spratly. Il a participé à diverses manifestations d’étudiants contre la Chine. Il utilise les blogs pour exprimer ses critiques contre les (...) (7/01/2009)

Nguyen Van Hai

(Cyber-dissident) - Sous le pseudonyme « Dieu Cay », Nguyen Van Hai a écrit sur son blog des articles protestant contre l’empiètement de la Chine sur les îles vietnamiennes et critiquant la soumission du gouvernement vietnamien envers son voisin du Nord. Pour avoir dénoncé sur son blog la répression des militants (...) (22/04/2009)

Nguyen Vu Binh

(Militant pour la démocratie) - En Juillet 2002, Human Rights Watch décerne à Nguyen Vu Binh le prix Hellman/Hammett en hommage au courage des écrivains face aux persécutions politiques. Après quelques semaines de liberté, Nguyen Vu Binh est de nouveau arrêté le 25 Septembre 2002. Le 31 Décembre 2003, après un procès qui dure (...) (16/12/2008)


Pham Ba Hai

(Militant pour la démocratie) - En raison de son adhésion au Bloc 8406 en juillet 2006, il fut harcelé et interrogé par les autorités vietnamiennes à plusieurs reprises. Début août 2006, Pham Hai Ba et Nguyen Quoc Quang furent interrogés par la sécurité publique de Saigon pour leur appartenance au Bloc 8406. Nguyen Ngoc Quang et Pham (...) (28/10/2009)

Pham Hong Son


(Militant pour la démocratie) - Le 18 juin 2003, Pham Hong Son est jugé coupable d’ « espionnage » lors d’un procès à huis clos qui se tient en une seule journée. Le tribunal le condamne à 13 ans de prison et 3 ans d’assignation à résidence. Suite aux nombreuses protestations internationales, la peine est réduite à 5 ans. Il est (...) (16/12/2008)


Somsak Khunmi

(Militant pour la démocratie) - Citoyen thaïlandais, Somsak est un collaborateur de la radio du Viet Tan au Vietnam, Radio Nouvel Horizon, depuis 1993. Il voyageait au Vietnam comme assistant de la journaliste de Radio New Horizon Nguyen Thi Thanh Van quand il fut arrêté en novembre 2007, avec six autres membres et associés de (...) (27/04/2009)

Tran Quoc Hien


(Militant pour la démocratie) - Tran Quoc Hien a été arrêté en janvier 2007, deux jours après être devenu porte-parole de l’Union des Travailleurs et des Paysans. Avocat défenseur des droits de l’homme, il est connu pour avoir défendu les agriculteurs dont les terres ont été confisquées par le gouvernement. Tran Quoc Hien est aussi un (...) (29/04/2009)

Tran Thi Thuy Trang


(Militante pour la démocratie) - Née en : 1975 Activité : Militante pour la démocratie, avocate Lieu de résidence : Sai Gon, Viet Nam Peine : Surveillance policière, emprisonnement passé Arrêtée en mars 2007 pour son association avec l’avocat Le Quoc Quan ; détenue sans accusation officielle pendant six mois au centre de détention (...) (28/04/2009)

Trinh Quoc Thao


(Militant pour la démocratie) - Membre de l’Amicale des Anciens Prisonniers Politiques et Religieux Vietnamiens, Trinh Quoc Thao a été arrêté le 3 mars 2007 avec les militants Nguyen Van Ngoc et Truong Minh Nguyet pour avoir prétendûment distribué « des documents de propagandes réactionnaires », en violation de l’article 258 du Code (...) (4/05/2009)

Truong Minh Duc


(Militant pour la démocratie) - Membre du Bloc 8406 et journaliste indépendant, Truong Minh Duc a été arrêté le 5 mai 2007 pour avoir aidé les agriculteurs en colère à déposer plainte contre les autorités suite aux saisies de leurs terres. Fervent militant anti-corruption, il a signé de nombreux articles et rapports dénonçant les abus (...) (4/05/2009)

Truong Minh Nguyet


(Militant pour la démocratie ) - Truong Minh Nguyet est le vice-président de l’Amicale des prisonniers politiques et religieux vietnamiens. Après 16 années passées en prison, Truong Minh Nguyet continue d’être harcelé et isolé économiquement. Il ne lui a pas été possible de trouver un emploi en raison de l’ingérence et du harcèlement des (...) (13/05/2009)

Truong Quoc Huy


(Cyber-dissident) - Réparateur de téléphones mobiles, Truong Quoc Huy a commencé en 2005 à exprimer ses opinions au sujet de la corruption et de la démocratie sur des forums en ligne. Déjà arrêté à son domicile à Saigon le 19 octobre 2005, avec ses deux frères et une amie, où le groupe avait pris part à un forum de discussion (...) (14/05/2009)


Lê Chí Quang

Professeur d’informatique également diplômé de la Faculté de droit. Le Chi Quang, âgé de 32 ans, a été arrêté le 21 février 2002 dans un café Internet de Hanoi. Il a ensuite été placé en détention dans le camp B14 de la province de Ha Dong, au nord du pays. Son dossier à charge comportait plusieurs de ses écrits considérés comme étant "hors la loi", notamment un texte intitulé "Vigilance envers l’Empire du Nord", diffusé sur Internet. Dans cet essai très documenté, Le Chi Quang revenait sur les conditions dans lesquelles les autorités vietnamiennes ont conclu des accords frontaliers avec le gouvernement de Pékin, traité datant de 1999 et jusqu’alors tenu secret.

Pr Nguyen Hue Chi

12 janvier 2010 -Hanoi - Ce mercredi à Hanoi, la police a fouillé la maison de Nguyen Hue Chi, un professeur de littérature reconnu pour ses critiques contre les mines de bauxite exploitées par la Chine au Vietnam. Un voisin a déclaré qu’il a vu la police perquisitionner la de maison Chi, qui dirige le site web Bauxite Vietnam.

Le site Web du professeur critique les mines de bauxite gérées par la société chinoise d’aluminium Chalco dans le centre du Vietnam, pour des raisons de sécurité et environnementales. L’avocat Cu Ha Huy Vu, qui a déposé une plainte contre le premier ministre du Vietnam à propos des mines, a déclaré qu’il était sûr que la perquisition est liée au site Web du professeur Les mines ont suscité une vive controverse depuis janvier 2009, lorsque le général à la retraite Vo Nguyen Giap, un vétéran de la guerre du Vietnam et ancien homme politique respecté, a écrit une lettre au Premier ministre pour s’opposer à ce projet pour des raisons de sécurité nationale.

Anh Vi Đức Hồi,



Ông Vi Đức Hồi, 54 tuổi, dân tộc Tày ở Lạng Sơn và là một viên chức Đảng ở cấp huyện, và bị khai trừ khỏi Ðảng và bị quản chế. Ông Vị Đức Hồi sinh ra trong một gia đình cộng sản nòi, có bằng cử nhân kinh tế, chính trị và luật. Ông gia nhập đảng năm 1980 và nhanh chóng thăng tiến lên một vị trí ở cấp huyện. Năm 2006, ông bắt đầu viết một số bài chỉ trích đảng và kêu gọi cải cách dân chủ - thoạt đầu là sử dụng bút hiệu, nhưng sau khi bị khai trừ khỏi Ðảng thì sử dụng ngay tên thật của mình. Vào tháng 3 năm 2007, sau khi biết được ông chính là tác giả của nhiều bài viết dân chủ, ông bị bắt, bị khai trừ khỏi đảng và mất chức. Kể từ đó, ông bị quản chế nghiêm ngặt, công an canh gác suốt ngày ở bên ngoài nhà ông và liên tục đe dọa những ai đến thăm ông. Ông thường xuyên bị triệu tập lên công an tỉnh và Bộ để thẩm cung và hai lần bị đưa ra đấu tố tại địa phương. Vợ của ông, một cô giáo, cũng bị mất việc và khai trừ khỏi Ðảng chỉ vì từ chối tố cáo chồng mình.

Ông Nguyễn Thượng Long, 62 tuổi, một thầy giáo trung học, đã trở nên một cây viết nổi bật trong làng báo đối kháng tại Việt Nam, kể từ sau khi ông nghỉ hưu năm 2007. Khi còn dạy học, ông đã từng nổi tiếng với nhiều bài viết chỉ trích hệ thống giáo dục tại Việt Nam. Ông mô tả sự tham nhũng có hệ thống giai tầng, cũng như sự giối trá trong thi cử và mua bán đề thi. Năm 2001, tại một hội nghị giáo dục thường niên tỉnh Hà Tây, ông có một bài phát biểu nảy lửa lên án các tệ đoan trong ngành giáo dục. Mặc dầu bài phát biểu này được đăng trên nhiều tập san và báo trong nước, nhưng ông vẫn bị đình chỉ công việc 5 năm. Năm 2007, tin rằng không có cách nào có thể cải tổ nền giáo dục từ trên xuống, ông nghỉ việc và gia nhập tờ báo Tổ Quốc, tiếng nói của những người đối lập. Kể từ khi gia nhập tờ báo này, ông liên tục bị hăm dọa, giam giữ, thẩm vấn và bị cấm ra khỏi nơi cư trú.

Thượng tọa Thích Thiện Minh, 56 tuổi, một tu sĩ Phật giáo, nguyên quán tỉnh Bạc Liêu, miền Nam, bị tù chỉ vì lên án chính sách bách đạo của nhà nước cộng sản. Ông phải trải qua 26 năm tù (1976 - 2005) trong các nhà tù từ Xuân Phước, cho đến Xuân Lộc, và nhiều bị tra tấn, ngược đãi. Kể từ khi ra khỏi tù, ông không được trở về nguyên quán để tiếp tục tu hành. Ông tiếp tục bị quản chế và ngược đãi vì đã thành lập Hội Ái Hữu Cựu Tù Nhân Chính Trị và Tôn Giáo. Vì thế ông trở thành phát ngôn nhân cho các tù nhân chính trị bị ngược đãi. Năm 2007, thầy Thích Thiện Minh cho ra mắt cuốn “Hồi ký 26 năm lưu đày", kể lại kinh nghiệm của bản thân mình trong thời gian bị tù đày cũng như tố cáo chế độ trại tù hà khắc.

Tran Dung Tien



le dissident Tran Dung Tien a été arrêté, le 8 novembre 2002, M. Tran, âgé de 73 ans, a été interpellé par des policiers. Ses proches n’ont pas été informés du lieu et des raisons de sa détention.

Le 31.10.2007, le démocrate dissident Nguyễn Phương Anh et ses amis ont rendu visite à un autre démocrate, M. Vi Ðức Hối (ancien important dirigeant communiste de Lang-Son, limogé depuis mai 2007 pour avoir critiqué le Parti communiste vietnamien – voir VNN-B n°8 du 15.09.2007). La police communiste est intervenue et a violemment ‘tabassé' M. Nguyễn Phương Anh et l'ont emmené, inconscient au poste de police. Laissé sans soin malgré ses blessures, M. Nguyễn Phương Anh a subi un interrogatoire toute une journée et a finalement été relâché, non sans avoir reçu les menaces de nouvelles ‘corrections' s'il persistait dans ses activités ‘anti-gournementales'.
Interviewé par Radio Free Asia, M. Nguyễn Phương Anh a confirmé : “je continuerai ma lutte pour la Démocratie. Ils peuvent m'emprisonner ou me torturer... Je n'ai pas peur... ».
  1   2   3   4   5


Cơ sở dữ liệu được bảo vệ bởi bản quyền ©hocday.com 2016
được sử dụng cho việc quản lý

    Quê hương